ADDFCDB @addfcdb

đŸœđŸ‡§đŸ‡Ș🏔

  • Posts
    147
  • Followers
    231
  • Following
    395
Dur dur la roche froide, c’est dans la poche de la doudoune qu’on va et pas dans le sac Ă  magne ! NoĂ«l sur la roche !

Photo : @__a.db_
  • Comments 1

Dur dur la roche froide, c’est dans la poche de la doudoune qu’on va et pas dans le sac Ă  magne ! NoĂ«l sur la roche ! Photo : @__a.db_

Advertising
On ne peut pas s’en empĂȘcher, surtout dans ce trou au milieu des falaises qui propose des voies Ă©quipĂ©es dans un dĂ©vers impressionnant ! Pas de matos, pas de bĂȘtises du coup, mais quelques mouvements quand mĂȘme !
  • Comments 2

On ne peut pas s’en empĂȘcher, surtout dans ce trou au milieu des falaises qui propose des voies Ă©quipĂ©es dans un dĂ©vers impressionnant ! Pas de matos, pas de bĂȘtises du coup, mais quelques mouvements quand mĂȘme !

Bloc Ă  Fontainebleau avec les copains ! Machine celui-lĂ .
  • Comments 1

Bloc Ă  Fontainebleau avec les copains ! Machine celui-lĂ .

Et bien c'Ă©tait un sans faute ce GR20 ... et j'en suis trĂšs content ! Au niveau matĂ©riel, une bonne prĂ©paration a payĂ©e. Rien d'inutile Ă  porter si ce n'est que la mini trousse de secours que je n'ai pas utilisĂ©, tant mieux. Rien d'oubliĂ©, sauf un peu de monnaie peut-ĂȘtre pour m'offrir plus de biĂšres le soir. Cet oubli a probablement aidĂ© Ă  la rĂ©ussite du projet. L'Ă©quipement minutieusement choisi Ă©tait tout bon :-) Au niveau prĂ©paration du projet, mĂȘme si je n'ai quasi rien prĂ©parĂ© finalement, le timing des sept jours Ă©tait tout juste bon : en faire des vacances axĂ©es sport, tout en arrivant relativement tĂŽt en aprĂšs-midi aux refuges pour profiter d'autres choses. Au niveau prĂ©paration physique, je dois dire que c'est ça qui a fait la diffĂ©rence. De longues sĂ©ances rĂ©guliĂšres de trail ont Ă©tĂ©s toutes bĂ©nĂ©fiques pour l'endurance Ă©videmment, la vitesse, mais surtout la lecture terrain ! Si un jour tu vas sur le GR20 et tu as besoin d'infos ... D'ici mon avion, biĂšre et saucisson ! Ciao !
  • Comments 5

Et bien c'Ă©tait un sans faute ce GR20 ... et j'en suis trĂšs content ! Au niveau matĂ©riel, une bonne prĂ©paration a payĂ©e. Rien d'inutile Ă  porter si ce n'est que la mini trousse de secours que je n'ai pas utilisĂ©, tant mieux. Rien d'oubliĂ©, sauf un peu de monnaie peut-ĂȘtre pour m'offrir plus de biĂšres le soir. Cet oubli a probablement aidĂ© Ă  la rĂ©ussite du projet. L'Ă©quipement minutieusement choisi Ă©tait tout bon :-) Au niveau prĂ©paration du projet, mĂȘme si je n'ai quasi rien prĂ©parĂ© finalement, le timing des sept jours Ă©tait tout juste bon : en faire des vacances axĂ©es sport, tout en arrivant relativement tĂŽt en aprĂšs-midi aux refuges pour profiter d'autres choses. Au niveau prĂ©paration physique, je dois dire que c'est ça qui a fait la diffĂ©rence. De longues sĂ©ances rĂ©guliĂšres de trail ont Ă©tĂ©s toutes bĂ©nĂ©fiques pour l'endurance Ă©videmment, la vitesse, mais surtout la lecture terrain ! Si un jour tu vas sur le GR20 et tu as besoin d'infos ... D'ici mon avion, biĂšre et saucisson ! Ciao !

Advertising
Jour 7 étape 1 (suite) : autant, le plus beau coucher de soleil que j'ai jamais vu c'est incontestablement sur le volcan ChaÏten l'année passée en Patagonie, le palmarÚs du plus beau lever de soleil c'était soit sur le Fitz Roy, soit sur las Torres dans le parc Torres del Paine. Mais là, avec l'émotion de la fin du GR20 et donc d'un certain accomplissement, j'ai trouvé le gagnant :-) La seconde étape était assez monotone, la fin était longue car je l'attendais.
  • Comments 2

Jour 7 étape 1 (suite) : autant, le plus beau coucher de soleil que j'ai jamais vu c'est incontestablement sur le volcan ChaÏten l'année passée en Patagonie, le palmarÚs du plus beau lever de soleil c'était soit sur le Fitz Roy, soit sur las Torres dans le parc Torres del Paine. Mais là, avec l'émotion de la fin du GR20 et donc d'un certain accomplissement, j'ai trouvé le gagnant :-) La seconde étape était assez monotone, la fin était longue car je l'attendais.

Jour 7 Ă©tape 1 : Angoisse ! À 00:30, je me rĂ©veille et impossible de dormir plus longtemps. Le vent arrache la tente du sol, Ă  chaque coup de vent je bouge avec la tente. Je dĂ©cide de rester Ă©veillĂ© un peu pour voir comment la tente rĂ©agit. Elle se plie jusque sur mon sac de couchage, j'ai jamais eu ça. À chaque gros coup de vent que j'entends arriver, je lĂšve les pieds pour soutenir la tente. Les tendeurs se relĂąchent, un premier se sectionne. Ça suffit. Il est 4hrs du matin, tant pis, la tente crie tellement au secours que je dĂ©cide de tout remballer et de me mettre en route. DerniĂšres Ă©tapes aujourd'hui, je prends mon courage Ă  deux mains et on y va Ă  la frontale ! AprĂšs 1h de marche, je dois choisir entre le GR20 et la variante alpine, nettement plus funky, mais dĂ©conseillĂ©e en cas de mĂ©tĂ©o dĂ©favorable. En tendant l'oreille vers les sommets (Les Aiguilles de Bavella, la variante alpine que je suis censĂ© emprunter), j'ai l'impression qu'un aĂ©roport se trouve juste derriĂšre avec des dĂ©collages permanents, tellement le vent fait rage. Un traileur m'a conseillĂ© l'itinĂ©raire et le topo dit la mĂȘme chose. Tant pis pour le vent, je me lance ! Longue montĂ©e, sur la fin, je flaire le bon plan vu la lumiĂšre rose qui commence Ă  Ă©clairer mon chemin. Je cours dans la montĂ©e. Mauvais plan en montagne. Sans consĂ©quences, ouf. Premier nuage rose pettant sur les aiguilles. Trop beau ! Je continue sur le mĂȘme cĂŽtĂ© de la crĂȘte, Ă  plusieurs coups je manque de me casser la gueule avec les bourrasques impressionnantes. En avant ! Le chemin passe de l'autre cĂŽtĂ© de la crĂȘte. Bouche bĂ©e ! Je m'abaisse pour ne pas m'envoler, c'est impressionnant et pas dingue en pleine montagne. Ce lever de soleil. Ce lever de soleil ...... Superbe ! Mes bĂątons de marche s'envolent quand je prends mon gsm pour les photos. J'en profite un max, il a tellement fait dĂ©gueu' sur tout le GR20 Sud, mais lĂ  il me le rend bien ! Parcours technique avec des chaĂźnes et un semblant de via ferrata. "Please, ne te casses pas la tronche sur les derniĂšres Ă©tapes, ce serait trop le mal." À la fin de la seconde Ă©tape, la gardienne m'annonce que la variante alpine est fermĂ© car trop dangereuse avec le vent. OUPS
  • Comments 6

Jour 7 Ă©tape 1 : Angoisse ! À 00:30, je me rĂ©veille et impossible de dormir plus longtemps. Le vent arrache la tente du sol, Ă  chaque coup de vent je bouge avec la tente. Je dĂ©cide de rester Ă©veillĂ© un peu pour voir comment la tente rĂ©agit. Elle se plie jusque sur mon sac de couchage, j'ai jamais eu ça. À chaque gros coup de vent que j'entends arriver, je lĂšve les pieds pour soutenir la tente. Les tendeurs se relĂąchent, un premier se sectionne. Ça suffit. Il est 4hrs du matin, tant pis, la tente crie tellement au secours que je dĂ©cide de tout remballer et de me mettre en route. DerniĂšres Ă©tapes aujourd'hui, je prends mon courage Ă  deux mains et on y va Ă  la frontale ! AprĂšs 1h de marche, je dois choisir entre le GR20 et la variante alpine, nettement plus funky, mais dĂ©conseillĂ©e en cas de mĂ©tĂ©o dĂ©favorable. En tendant l'oreille vers les sommets (Les Aiguilles de Bavella, la variante alpine que je suis censĂ© emprunter), j'ai l'impression qu'un aĂ©roport se trouve juste derriĂšre avec des dĂ©collages permanents, tellement le vent fait rage. Un traileur m'a conseillĂ© l'itinĂ©raire et le topo dit la mĂȘme chose. Tant pis pour le vent, je me lance ! Longue montĂ©e, sur la fin, je flaire le bon plan vu la lumiĂšre rose qui commence Ă  Ă©clairer mon chemin. Je cours dans la montĂ©e. Mauvais plan en montagne. Sans consĂ©quences, ouf. Premier nuage rose pettant sur les aiguilles. Trop beau ! Je continue sur le mĂȘme cĂŽtĂ© de la crĂȘte, Ă  plusieurs coups je manque de me casser la gueule avec les bourrasques impressionnantes. En avant ! Le chemin passe de l'autre cĂŽtĂ© de la crĂȘte. Bouche bĂ©e ! Je m'abaisse pour ne pas m'envoler, c'est impressionnant et pas dingue en pleine montagne. Ce lever de soleil. Ce lever de soleil ...... Superbe ! Mes bĂątons de marche s'envolent quand je prends mon gsm pour les photos. J'en profite un max, il a tellement fait dĂ©gueu' sur tout le GR20 Sud, mais lĂ  il me le rend bien ! Parcours technique avec des chaĂźnes et un semblant de via ferrata. "Please, ne te casses pas la tronche sur les derniĂšres Ă©tapes, ce serait trop le mal." À la fin de la seconde Ă©tape, la gardienne m'annonce que la variante alpine est fermĂ© car trop dangereuse avec le vent. OUPS

Jour 6 (Prati > Asinau) : 3 Ă©tapes :-) Content ! Sans forcer autant comme sur le GR Nord quand j'avais aussi triplĂ©. Étape 1 : assez rude, du vent du vent du vent et des nuages/brume qui mouille. Tu ne vois rien,  tu ne sais pas oĂč tu vas, mais tu sais que tu dois avancer. On a connu plus marrant. La photo ci-dessus ? Les quelques secondes de vue que j'ai eu tout au long de l'Ă©tape :-) Étape 2&3 : descente lĂ©gĂšre et technique, c'est le plus chouette, tout au long d'une superbe crĂȘte. Ça a durĂ© 1h30, c'Ă©tait superbe comme sentier, la seconde partie Ă©tait plus dans un semblant de vallĂ©e, agrĂ©able et dĂ©gagĂ©, parfait pour faire sĂ©cher toutes les affaires mouillĂ©es ! Ensuite j'enchaĂźne avec le sommet de la montagne la plus haute du Sud de la Corse : le Monte Incudine. LĂ  aussi, Ă  part une croix et des rafales de vent & nuages, pas grand chose. Mais c'est pas bien grave, j'ai pu profiter de la route pour sĂ©cher mes affaires et pour me reposer tranquillement au soleil que je n'avais plus vu depuis 24h. Bivouac Ă  Asinau, ça promet car le vent dĂ©forme dĂ©jĂ  ma tente. Demain, finish si pas de conneries en route ! Conca (Ă©tape finale) rime avec pizza. Je l'aurai maintenant, merde ❀
  • Comments 3

Jour 6 (Prati > Asinau) : 3 Ă©tapes :-) Content ! Sans forcer autant comme sur le GR Nord quand j'avais aussi triplĂ©. Étape 1 : assez rude, du vent du vent du vent et des nuages/brume qui mouille. Tu ne vois rien, tu ne sais pas oĂč tu vas, mais tu sais que tu dois avancer. On a connu plus marrant. La photo ci-dessus ? Les quelques secondes de vue que j'ai eu tout au long de l'Ă©tape :-) Étape 2&3 : descente lĂ©gĂšre et technique, c'est le plus chouette, tout au long d'une superbe crĂȘte. Ça a durĂ© 1h30, c'Ă©tait superbe comme sentier, la seconde partie Ă©tait plus dans un semblant de vallĂ©e, agrĂ©able et dĂ©gagĂ©, parfait pour faire sĂ©cher toutes les affaires mouillĂ©es ! Ensuite j'enchaĂźne avec le sommet de la montagne la plus haute du Sud de la Corse : le Monte Incudine. LĂ  aussi, Ă  part une croix et des rafales de vent & nuages, pas grand chose. Mais c'est pas bien grave, j'ai pu profiter de la route pour sĂ©cher mes affaires et pour me reposer tranquillement au soleil que je n'avais plus vu depuis 24h. Bivouac Ă  Asinau, ça promet car le vent dĂ©forme dĂ©jĂ  ma tente. Demain, finish si pas de conneries en route ! Conca (Ă©tape finale) rime avec pizza. Je l'aurai maintenant, merde ❀

Advertising
Jour 5 Ă©tape 1 (Vizzavona - Capannelle) : La premiĂšre Ă©tape est un peu plus longue que prĂ©vue, mais relativement facile. Heureusement il fait sec, j'en profite pour sĂ©cher la tente au soleil une fois arrivĂ© Ă  Capannelle. En route pour la seconde partie le ventre rempli. Étape 2 (Capannelle > Prati) : Oufff. Le dĂ©but de l'Ă©tape ça allait bien, sur la fin c'Ă©tait l'angoisse. La brume s'est installĂ©e, il pleuvine, il fait froid, le vent souffle, le parcours se corse malgrĂ© le GR20 Sud, mes batteries sont Ă  bout et j'ai mal au bide. GĂ©nial. Et en plus le panorama est censĂ© ĂȘtre tout beau. RatĂ©. C'est le mental qui m'a amenĂ© jusqu'au refuge. En Ă©crivant ce message, je sĂšche mes habits Ă  tour de rĂŽle dans mon sac de couchage. Dire que c'est moi qui l'ai voulu ce GR20. (En vrai j'ai la pĂȘche vous savez!). Demain, il faut que j'enchaĂźne 3 Ă©tapes, thĂ©oriquement elles sont plus courtes et c'est clairement faisable. On verra, d'abord un bon repos rĂ©parateur si mon ventre l'autorise. Today : 8h20 de marche, 34.25km, D+ 1780m, D- 814m.
  • Comments 4

Jour 5 Ă©tape 1 (Vizzavona - Capannelle) : La premiĂšre Ă©tape est un peu plus longue que prĂ©vue, mais relativement facile. Heureusement il fait sec, j'en profite pour sĂ©cher la tente au soleil une fois arrivĂ© Ă  Capannelle. En route pour la seconde partie le ventre rempli. Étape 2 (Capannelle > Prati) : Oufff. Le dĂ©but de l'Ă©tape ça allait bien, sur la fin c'Ă©tait l'angoisse. La brume s'est installĂ©e, il pleuvine, il fait froid, le vent souffle, le parcours se corse malgrĂ© le GR20 Sud, mes batteries sont Ă  bout et j'ai mal au bide. GĂ©nial. Et en plus le panorama est censĂ© ĂȘtre tout beau. RatĂ©. C'est le mental qui m'a amenĂ© jusqu'au refuge. En Ă©crivant ce message, je sĂšche mes habits Ă  tour de rĂŽle dans mon sac de couchage. Dire que c'est moi qui l'ai voulu ce GR20. (En vrai j'ai la pĂȘche vous savez!). Demain, il faut que j'enchaĂźne 3 Ă©tapes, thĂ©oriquement elles sont plus courtes et c'est clairement faisable. On verra, d'abord un bon repos rĂ©parateur si mon ventre l'autorise. Today : 8h20 de marche, 34.25km, D+ 1780m, D- 814m.

Jour 5, 2h30 du matin : BOUM le ciel nous tombe sur la tĂȘte ! Heureusement qu'on est plus en altitude. Des frontales s'allument dans tous les sens, les gens sortent renforcer leurs tendeurs, creuser des tranchĂ©es, etc. Ça s'excite et ça crie dans toutes les langues. Moi, j'ai la flemme, je me dis que tout ira bien et tant pis. L'orage a durĂ© toute la nuit ! Au petit matin: impec' de mon cĂŽtĂ©, mon voisin allemand me dit qu'il dormait sur un waterbed, sa tente est bonne, aucun souci, mais d'autres sont trempĂ©s ... voilĂ  ce qui arrive quand on plante sa tente sans rĂ©flĂ©chir ... un autre m'a bien fait rire: il installe un tapis de sol supplĂ©mentaire sous sa tente ... et il le fait dĂ©passer des 4 cĂŽtĂ©s de sa tente. Quel schwanz ! J'aurais dĂ» vous filmer ça.
  • Comments 1

Jour 5, 2h30 du matin : BOUM le ciel nous tombe sur la tĂȘte ! Heureusement qu'on est plus en altitude. Des frontales s'allument dans tous les sens, les gens sortent renforcer leurs tendeurs, creuser des tranchĂ©es, etc. Ça s'excite et ça crie dans toutes les langues. Moi, j'ai la flemme, je me dis que tout ira bien et tant pis. L'orage a durĂ© toute la nuit ! Au petit matin: impec' de mon cĂŽtĂ©, mon voisin allemand me dit qu'il dormait sur un waterbed, sa tente est bonne, aucun souci, mais d'autres sont trempĂ©s ... voilĂ  ce qui arrive quand on plante sa tente sans rĂ©flĂ©chir ... un autre m'a bien fait rire: il installe un tapis de sol supplĂ©mentaire sous sa tente ... et il le fait dĂ©passer des 4 cĂŽtĂ©s de sa tente. Quel schwanz ! J'aurais dĂ» vous filmer ça.

Jour 4 : (Manganu > Vizzavona) La tente emballĂ©e goĂ»te comme une Ă©ponge, il fait caillant, mes doigts sont gelĂ©s, mais faut y aller. Heureusement il ne pleut plus. Grosse ascension sans lumiĂšre d'entrĂ©e de jeu pour arriver de l'autre cĂŽtĂ© du col et se faire Ă©clairer et rĂ©chauffer par le soleil levant. Trop bien ! J'arrive assez vite au premier refuge, petite pause le temps de faire sĂ©cher la tente au vent, pour redĂ©marrer aussitĂŽt. La seconde Ă©tape je la boucle en 2hrs, j'ai jouĂ© un petit jeu avec des traileurs derriĂšre moi, ils devaient rester derriĂšre et ça a fonctionnĂ© hehe. Par contre, c'est en triplant l'Ă©tape que j'ai rĂ©alisĂ© que la seconde m'avait mis dans le rouge. Trop tard, j'Ă©tais lancĂ©. J'en ai bavĂ©. J'avais une seule chose en tĂȘte : une pizza Ă  Vizzavona ! ArrivĂ© sur place, gros soulagement, je bois du Ricard avec des vendangeurs et on enchaine avec un restau. Un restau avec une grande pancarte "Pizzas Ă  emporter" qui nous annonce ne pas servir de pizzas. Houra. C'est un monde qui s'effondre, je me rabaisse Ă  une entrecĂŽte frite. CrevĂ© des trois Ă©tapes, c'est mon lit que je veux et c'est pas les orages qui s'annoncent qui vont m'empĂȘcher de dormir. Les chiffres des 3 Ă©tapes cumulĂ©es : 2031m de D+, 2712m de D-, 10h de marche, 31.5km approx'. Oufti les genoux avec le D- ...
  • Comments 1

Jour 4 : (Manganu > Vizzavona) La tente emballĂ©e goĂ»te comme une Ă©ponge, il fait caillant, mes doigts sont gelĂ©s, mais faut y aller. Heureusement il ne pleut plus. Grosse ascension sans lumiĂšre d'entrĂ©e de jeu pour arriver de l'autre cĂŽtĂ© du col et se faire Ă©clairer et rĂ©chauffer par le soleil levant. Trop bien ! J'arrive assez vite au premier refuge, petite pause le temps de faire sĂ©cher la tente au vent, pour redĂ©marrer aussitĂŽt. La seconde Ă©tape je la boucle en 2hrs, j'ai jouĂ© un petit jeu avec des traileurs derriĂšre moi, ils devaient rester derriĂšre et ça a fonctionnĂ© hehe. Par contre, c'est en triplant l'Ă©tape que j'ai rĂ©alisĂ© que la seconde m'avait mis dans le rouge. Trop tard, j'Ă©tais lancĂ©. J'en ai bavĂ©. J'avais une seule chose en tĂȘte : une pizza Ă  Vizzavona ! ArrivĂ© sur place, gros soulagement, je bois du Ricard avec des vendangeurs et on enchaine avec un restau. Un restau avec une grande pancarte "Pizzas Ă  emporter" qui nous annonce ne pas servir de pizzas. Houra. C'est un monde qui s'effondre, je me rabaisse Ă  une entrecĂŽte frite. CrevĂ© des trois Ă©tapes, c'est mon lit que je veux et c'est pas les orages qui s'annoncent qui vont m'empĂȘcher de dormir. Les chiffres des 3 Ă©tapes cumulĂ©es : 2031m de D+, 2712m de D-, 10h de marche, 31.5km approx'. Oufti les genoux avec le D- ...

Advertising
Jour 3 (bivouac de Manganu) : Le dernier refuge en vue, j'accĂ©lĂšre le pas en observant les nuages qui se font de plus en plus menaçants. Bon rĂ©flexe ... la tente montĂ©e, le demi de vin commandĂ©, c'est la douche (blague) pour laver toute cette crasse, puis le dĂ©luge (pas blague) ! Il est 16h, tout le monde est bĂȘtement coincĂ© dans sa tente ... Mais moi au moins je ne sens plus mauvais, ou en tout cas plus autant. En attendant, dĂ©gustation ! Le fromage de la bergerie, c'est un peu comme du Herve ... heureusement que je ne suis pas lĂ  pour draguer le bouquetin. Le vin me goĂ»te, mĂȘme en alternant creuse de tranchĂ©e et gorgĂ©e de rouge. Combo' de dingue ... j'ai presque trouĂ© la tente au bĂąton de marche. Il tape ce petit jus ... Et les tranchĂ©es sont pas droites. Quelques chiffres avant que je ne sois plus en mesure de vous les calculer : 33km, 8h30, 1263m D+, 1276m D-. Quelqu'un vient me sauver si la tente coule ?
  • Comments 4

Jour 3 (bivouac de Manganu) : Le dernier refuge en vue, j'accĂ©lĂšre le pas en observant les nuages qui se font de plus en plus menaçants. Bon rĂ©flexe ... la tente montĂ©e, le demi de vin commandĂ©, c'est la douche (blague) pour laver toute cette crasse, puis le dĂ©luge (pas blague) ! Il est 16h, tout le monde est bĂȘtement coincĂ© dans sa tente ... Mais moi au moins je ne sens plus mauvais, ou en tout cas plus autant. En attendant, dĂ©gustation ! Le fromage de la bergerie, c'est un peu comme du Herve ... heureusement que je ne suis pas lĂ  pour draguer le bouquetin. Le vin me goĂ»te, mĂȘme en alternant creuse de tranchĂ©e et gorgĂ©e de rouge. Combo' de dingue ... j'ai presque trouĂ© la tente au bĂąton de marche. Il tape ce petit jus ... Et les tranchĂ©es sont pas droites. Quelques chiffres avant que je ne sois plus en mesure de vous les calculer : 33km, 8h30, 1263m D+, 1276m D-. Quelqu'un vient me sauver si la tente coule ?

Jour 3 étape 2 (Ciuttulu di i Mori > Manganu) : Quasi pas de pause, je suis encore frais le soleil n'étant pas encore trop monté. C'est impressionnant à quel point cette étape est différente, nettement moins technique, beaucoup plus "petit sentier tranquille de montagne". Mais qu'est-ce qu'il est long mazette !!! Ce ne sont plus les mollets, les cuisses et les genoux qui travaillent comme lors des étapes précédentes, mais là il s'agit d'avoir une bonne cadence et d'avancer. Un petit fromage de bergerie sur la route et hop, "a delante" !
  • Comments 2

Jour 3 étape 2 (Ciuttulu di i Mori > Manganu) : Quasi pas de pause, je suis encore frais le soleil n'étant pas encore trop monté. C'est impressionnant à quel point cette étape est différente, nettement moins technique, beaucoup plus "petit sentier tranquille de montagne". Mais qu'est-ce qu'il est long mazette !!! Ce ne sont plus les mollets, les cuisses et les genoux qui travaillent comme lors des étapes précédentes, mais là il s'agit d'avoir une bonne cadence et d'avancer. Un petit fromage de bergerie sur la route et hop, "a delante" !

NEXT